Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog Littéraire

  • : Au fil de mes lectures
  • Au fil de mes lectures
  • : Mes notes de lecture...Vous y trouverez des genres divers, le fantastique, le polars, le roman historique, la fantasy, la littérature française et étrangère...
  • Contact

" La liseuse " de Fragonard

La-liseuse-copie-2.jpg

Entrez Votre Recherche

Mes Fées et Gestes

 






 

 

Les Archives

...

Avertissement au lecteur qui se risque en ces lieux !
Bienvenue sur mon blog entièrement dédié à l'une de mes passions, les livres. C’est une façon pour moi de garder une trace de mes lectures mais aussi de les partager avec d’autres passionnés et d’échanger des impressions et avis que je souhaite constructifs. 
Bien sûr, mes avis sont personnels et n'engagent que moi.
Bonne balade chez Laetitia la liseuse.

9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 07:48

 Editions Emannuel Proust - Octobre 2009 - 160 pages
 
Livre I - L’auteur d’Auschwitz raconte Dracula : quand l’écrivain Bram Stoker demande à l’archiviste du British Museum de lui conter l’histoire du cruel Prince Valaque Vlad Tepes…

 
Livre II -
Après l'évocation du personnage historique avec l'archiviste du British Museum, l'écrivain Bram Stoker écrit son récit : "Invité par le comte Dracula, un jeune anglais, Jonathan Harker, va devenir la victime du Prince des Carpates...".
 

« Soyez le bienvenu chez moi !
Entrez ici de votre plein gré,
entrez sans crainte et laissez ici
un peu du bonheur que vous apportez ! »

 

Parue dans la très belle collection Atmosphères des éditions Emmanuel Proust, cette édition intégrale réunit le diptyque entreprit en 2005 par Pascal Croci et co-écrit avec Françoise-Sylvie Pauly, auteur du roman L’invitée de Dracula (2001). Passionné par le roman épistolaire de Bram Stoker, Dracula, Pascal Croci propose deux visions du mythe. Dans le premier tome, Le prince valaque Vlad Tepes, il retrace la vie du personnage historique à travers le regard de sa malheureuse épouse, la princesse Cneajna. Puis dans le suivant, Le mythe raconté par Bram Stoker, l’auteur prend le parti de rester fidèle à l’œuvre originelle en y apportant toutefois sa marque. En effet, Pascal Croci choisit de ne jamais montrer le comte Dracula. Et pourtant, sa présence est palpable telle une menace, une ombre accrochée aux pas incertains du héros Jonathan Harker. Voix d’outre-tombe, ombres torturées, statues aux regards tourmentés sont les seuls reflets du vampire. L’atmosphère ainsi créée n’en est que plus terrifiante.

 
A l’instar du roman, tout ici n’est qu’affaire de suggestion et il est bien difficile de ne pas succomber à ces ambiances tragiques et théâtrales. Car l’élément clé de cet ouvrage est bien évidemment le graphisme à l’esthétique d’une beauté glaçante et vertigineuse. Les décors se succèdent à l’infini : des paysages enneigés de la sauvage Transylvanie au cadre voilé de brume évanescente de l’Angleterre victorienne. Et que dire du château de Poïnari sinon qu’il renferme mille couloirs labyrinthiques et cauchemardesques où aucune logique ne semble trouver place. Fascinant. Le trait écorché, tout en finesse, donne vie à des personnages élancés, aux mines exsangues, flanqués d’ombres toutes aussi sinistres. Seul ombre au tableau, le rythme du récit perd de sa vigueur du fait d’une narration constante primant sur les dialogues et d’une succession de cases invitant trop souvent à la contemplation. Le lecteur se perd en chemin mais ne peut que s’imprégner à l’envie de l’univers gothique créé par Bram Stoker. Un dossier en fin d’ouvrage vient clôre ce très bel hommage au plus célèbre des vampires.
 


planches-dracula-copie-1.jpg planche-dracula-copie-1.jpg

Repost 0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 16:18

Windflowers-1903.jpg

2010 est là avec son cortège de frimas, de glace, de vent hivernal qui vous givre sur place. Oui c’est beau l’hiver malgré tout ! Je vous souhaite à vous qui me lisez une merveilleuse année riche de mille et une aventures et mille et une lectures.
 
Mais revenons-en au sujet qui nous préoccupe en ce début de mois, à savoir : Que va-t-on trouver sur les tables de nos librairies ce mois-ci ? A vos bloc-notes !
 
PS : Cette rubrique consacrée aux parutions - mois par mois - fête déjà ses 1 an d'existence. Une année passée à papillonner de sites en sites pour dénicher de nouveaux livres parmi tant d'autres... Oui c'est assez long mais faut bien se dévouer pour les lecteurs en manque d'idées, non ? J'ai séparé la liste en 3 - Poche, grand format et BD -, comme ça c'est plus clair.

 

 

10/18
Bad Monkeys - Matt Ruff (Domaine policier) 21/01  

 

Le livre de poche
Pauline - Alexandre Dumas (Classique) 

Mari et femme - Régis de sà Moreira (Roman étranger) 

 

Milady 
Druss la légende - David Gemmell (Fantasy)  15/01

Offensif (Les Aux’ - Tome 2) - David Gunn (SF)  15/01

 


 

Actes Sud
La tache aveugle - Emmelene Landon (Roman étranger) 

 

Les moutons électriques
Le dico féerique - André-François Ruaud (Ouvrage) 20/01

 

Le Pré aux Clercs
La bible Dracula, le dictionnaire des vampires - Alain Pozzuoli (Ouvrage) 

 

Omnibus
Dracula et autres chefs-d’oeuvre - Bram Stoker (Recueil) 07/01

 


 

Casterman
Le vampire de Düsseldorf - Rodolphe (BD)  27/01

 

Delcourt 
Les contes d’Hoffmann - Tommy Redolfi (BD)  06/01

 

Glénat 
Saint-Germain II - Thierry Gloris (BD)  06/01
 

 

Soleil Prod.
L’épopée de Gilgamesh - Brion - 27/01

Elinor Jones - Algésiras
Sherlock Holmes et les vampires de Londres - Sylvain Cordurié

Repost 0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 10:15

Chers lecteurs, j'espère que vous passez de belles fêtes ! Parce que c’est la fin de l’année - déjà ! - je vous présente mes meilleures lectures 2009. Comme l’an dernier, je les classe par genre littéraire et toutes, bien sûr, ne sont pas parues cette année au cas où vous vous poseriez la question. Quoique si à la rigueur : Dracula et OP sont des rééditions datées 2009. Les délibérés avec moi-même ont été relativement évidents puisque peu de lectures sont sorties du lot lors des nominations. En revanche, les choses se sont corsées du côté du 9ème art où j’ai lu de très bons albums. J’ai finalement porté mon choix sur le graphisme particulier d’un one-shot au goût certain d'aventure.
 

 
- Meilleur roman de Littérature française : La légende de nos pères – Sorj Chalandon
- Meilleur roman de Littérature étrangère : Un don – Toni Morrison 
- Meilleur roman Historique : L’or du forgeron – Jean-Michel Thibaux
 
- Meilleur Polars – Thrillers : La promesse des ténèbres – Maxime Chattam
 
- Meilleur livre de SF/Fantasy : Merlin – Jean-Luc Istin (Beau-livre)
 
- Meilleur roman Fantastique : Dracula – Bram Stoker
- Meilleure ClassiqueOrgueil et préjugés – Jane Austen
- Meilleure Bande Dessinée : Canoë Bay – Tiburce Oger
 
 
- Spécial Coup de cœur  : Les âmes brûlées – Andrew Davidson (Littérature étrangère)


Venons en au bilan qui nous intéresse : la liste de toutes mes lectures. Je découvre en même temps que vous mon score 2009 ... alors plus ou moins de lectures qu'en 2008 ? 38 livres et 18 BD. Je maintiens la cadence ce qui fait toujours à peu près un bouquin par semaine en comptant les BD. J'avais dit il y a un an que je lirais plus de fantastique et de classique. Preuve que je parle beaucoup pour ne rien dire : je n'ai lu que 8 livres. Ma résolution ? Ben je vais me répéter encore une fois : + de fantastique et de classique pour 2010. Maintenant, cap sur ma liste 2009 classée par préférence !
 
 Genre Littérature Etrangère

- Un don – Toni Morrison LIEN.gif 
- Les âmes brûlées – Andrew Davidson LIEN.gif 
- Sur la paupière de mon père – Sjon LIEN.gif    

 Genre Littérature Française

- La légende de nos pères – Sorj Chalandon LIEN.gif 

- Les pîtres selon Luc – Jean-Pierre Paumier LIEN.gif 

- Curiosité – Anne Terral LIEN.gif  
 
  Genre Polar/Thriller

- La promesse des ténèbres – Maxime Chattam LIEN.gif  

- L’ange noir – John Connolly LIEN.gif

- L’enfant des cimetières – Sire Cédric LIEN.gif

- Noir américain – Armand Cabasson LIEN.gif

- Chiens de sang – Karine Giebel LIEN.gif

- Délivrez-nous du mal – Romain Sardou LIEN.gif

- Duel en enfer – Bob Garcia LIEN.gif
- L’héritier des abîmes – Serge Brussolo LIEN.gif

- Que savez-vous des morts ? – Alain Claret LIEN.gif

 
Genre Fantastique

- De notre sang - Adeline Debreuve-Theresette (à venir...)
- Dracula l’immortel – Dacre Stoker LIEN.gif

- Démon intérieur – Jenna Black LIEN.gif

 Genre SF/Fantasy

- Merlin – Jean-Luc Istin LIEN.gif

- Rois et capitaines – Stéphanie Nicot LIEN.gif

- Les chants de la walkyrie – Edouard Brasey LIEN.gif

- La dame des MacEnnen – Armand Cabasson LIEN.gif

- Le sommeil du dragon – Edouard Brasey LIEN.gif

- Le sang des lions – Loïc le Borgne LIEN.gif

- Des choses fragiles – Neil Gaiman LIEN.gif

 Genre Récit/Essai
- Comprendre et soigner l’hyperactivité chez l’adulte – François Bange LIEN.gif

- Traité de vampirologie – Edouard brasey LIEN.gif

- Féerie art – Amandine Labarre LIEN.gif

 Genre Classique

- Dracula – Bram Stoker LIEN.gif

- Orgueil et préjugés – Jane Austen LIEN.gif 

- Carmilla – Joseph Sheridan Le Fanu LIEN.gif
- L’homme hanté – Charles Dickens LIEN.gif

- Le drôle de noël de Scrooge - Charles Dickens  (à venir...)

 Genre Historique   

- L’or du forgeron – Jean-Michel Thibaux LIEN.gif
- Mangez-le si vous voulez – Jean Teulé LIEN.gif

- Une rose en hiver – Kathleen E. Woodiwiss LIEN.gif

- Les naufragés de l’île Tromelin – Irène Frain LIEN.gif

- La danseuse sacrée – Jean-Michel Thibaux LIEN.gif 

 Genre Bande Dessinée

- Canoë Bay – Tiburce Oger

- Le crépuscule des dieux 3 – Nicolas Jarry

- Sur les terres d’Horus 7 – Isabelle Dethan

- La guerre des Sambre 2 – Yslaire 
- La guerre des Sambre 3 - Yslaire (à venir...)

- Sept Missionnaires – Alain Ayroles
- Princesse Sara – Audrey Alwett

- Elizabeth Bàthory – Pascal Croci
- Dracula - Pascal Croci (à venir...)

- Saint Germain, le comte des lumières – Thierry Gloris

- Souvenirs d’un elficologue – Thierry Gloris

- D, Lord Faureston – Alain Ayroles
- Le gardien du feu – François Debois

- La légende de la mort – Christophe Babonneau

- Ben Hur – Jean-Yves Mitton

- Clockwerx – Jean-Baptiste Hostache
- Veillée funèbre – Martine Muller
- Succubes – Thomas Mosdi 
 
 

Repost 0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 15:44

Pourquoi parler de ce livre quand je parle le plus souvent de romans sur ce blog ? Parce que j’ai été diagnostiquée cette année TDAH (Troubles Déficitaires de l'attention avec ou sans Hyperactivité) par un neurologue. J’ai pu enfin mettre un mot sur ce qui me poursuit depuis l’enfance, que je ne comprenais pas jusque là et qui était synonyme de souffrance et de culpabilité. C’est aussi l’occasion de faire découvrir ce trouble neurologique mal connu en France. Si je vous dis hyperactivité, cela vous parle-t-il ? mais ce n’est qu’un des symptômes parmi lesquels : difficulté d’attention et de concentration, impulsivité, instabilité. A l’âge adulte et bien que l’agitation disparaisse le plus souvent à l’adolescence, le syndrome évolue, les différents symptômes persistent à des degrés variables si bien que les domaines académiques, professionnels, relationnels et personnels en sont plus ou moins affectés. Pour + d'infos : http://www.tdah-france.fr/


Editions Dunod - 2ème édition - 304 pages - 2009
 

Présentation de l'éditeur : L'hyperactivité chez les adultes ne se réduit pas à une agitation et une impulsivité excessives. Elle est tout autant une attention irrégulière, une organisation quotidienne défaillante, et une humeur mobile. Ces attributs universellement répandus se regroupent en un syndrome contraigant chez certains et envahissant leur vie. Les distraits et les estourdis en constituaient une incarnation au XVIIe siècle, de même que les instables au siècle dernier. Les difficultés et la souffrance auxquelles les hyperactifs sont confrontés dans l'enfance peuvent se prolonger à l'âge adulte, et s'accompagner d'autres pathologies comme l'abus de psychotropes, l'anxiété, la dépression et les troubles de la personnalité. Mais certains surmontent leurs problèmes, s'accommodent de leurs symptômes, et savent tirer avantage de leur curiosité, de leur inventivité, et de leur crainte de l'ennui.
 
François Bange et Marie-Christine Mouren ont été parmi les premiers en France à attirer l'attention sur le devenir de l'hyperactivité à l'âge adulte. Ils proposent ici un état complet des connaissances actuelles sur cette pathologie (au plan clinique, diagnostique et étiologique) et font la revue des traitements proposés. Cet ouvrage, enrichi de nombreux exemples extraits de la littérature, de l'histoire et de la clinique, s'adresse aux médecins, aux psychologues, aux professionnels de la santé mentale, mais aussi à tous ceux en contact avec les hyperactifs de tous âges, afin d'aider ces derniers à mener une vie d'adulte épanouie, et chacun à mieux les comprendre.

 
Sommaire : Introduction. Définition de l'hyperactivité chez l'adulte. Retentissement de l'hyperactivité chez l'adulte. Diagnostic différentiel et co-morbidité. Ethiopathogénie de l'hyperactivité. Evaluation psychologique et neuropsychologique. Traitement de l'hyperactivité chez l'adulte. Bibliographie. Index.
 

Cet ouvrage contient une partie qui intéressera le LCA qui sommeille en vous avec un 1er chapitre consacré aux étourdis et distraits  dans la littérature du Grand Siècle. Au temps de Molière : Selon le dictionnaire universel de Furetière (1690), un « estourdi » est un homme « imprudent, inconsidéré qui fait les choses avec précipitation, et sans en considérer  les suites ». Trois œuvres de la littérature française de cette époque mettent en scène ce personnage qui préfigure l’hyperactif moderne, du moins celui chez qui dominent les difficultés attentionnelles : "L’Étourdi" de Molière, "Le Distrait" de Regnard et un ouvrage de moraliste, "Les Caractères" de La Bruyère.
 
Ce chapitre est assez drôle car il est agrémenté d’extraits de gaffes et autres saynettes bouffones dont une que voici qui illustre bien les difficultés attentionnelles lors d’une conversation (celle de Ménalque dans Les Caractères de La Bruyère) : « Enfin il n’est ni présent ni attentif dans une compagnie à ce qui fait le sujet de la conversation. Il pense et il parle tout à la fois ; mais la chose dont il parle est rarement celle à laquelle il pense : aussi ne parle-t-il guère conséquemment et avec suite : où il dit non, souvent il faut dire oui et où il dit oui, croyez qu’il veut dire non ; il a, en vous répondant si juste, les yeux ouverts, mais il ne s’en sert point : il ne regarde ni vous ni personne, ni rien au monde. Tout ce que vous pouvez tirer de lui, et encore dans le temps qu’il est le plus appliqué, ce sont ces mots : Oui vraiment ; C’est vrai ; Bon ! Tout de bon ? Oui-da ! Je pense que oui ; Ah ! ciel ! et quelques autres monosyllabes qui ne sont pas même placées à propos. »

Alors d’où vient ce syndrome si perturbant pour la personne touchée et son entourage ? Plusieurs théories existent. Les déficits cognitifs observés dans l’hyperactivité (inattention, contrôle de l’inhibition) résulteraient d’une insuffisance dopaminergique dans le cortex préfrontal, alors que l’agitation et l’impulsivité découleraient d’un excès dopaminergique dans le striatum. Le second pourrait d’ailleurs être favorisé par la première, le striatum n’étant pas assez inhibé par le cortex préfrontal. Toutes les observations accumulées suggèrent un dysfonctionnement des voies dopaminergiques fronto-striatales, dans l’hyperactivité.
 

Voici des exemples parmi tant d’autres qui révèlent les hyperactifs : « - L’impulsivité et la distractibilité favorisent chez eux la multiplication des initiatives. Ce n’est en rien une attitude délibérée. Ils ont conscience de leur versatilité qu’ils se reprochent, ainsi que de leur incapacité à aller au bout des choses - Terminer est un autre défi pour les hyperactifs. Ils entament beaucoup, dans la vie domestique, professionnelle, sentimentale, familiale, les loisirs… Mais ils changent d’activité sur un coup de tête, sans avoir terminé celle en cours. Ils se dispersent, commencent une tâche puis passent à une autre moins importante, renoncent à un projet pour un autre qui a l’attrait du neuf - La vie sociale est source de soucis pour ces adultes. Pour les affronter, certaines stratégies s’avèrent efficaces ; par exemple, répondre aux banalités de la conversation par des formules convenues qui ne demandent aucune présence d’esprit ; se taire et sourire en toutes circonstances, ce qui vaut l’aimable réputation d’une bonne sociabilité malgré le manque de conversation, ou celle moins flatteuse d’être un peu cruche.
 

Et pour finir sur une note plus joyeuse, Kraepelin remarque dans sa description des adultes instables à la fin du XIXe siècle, qu’ils présentent souvent « vivacité de l’imagination et talent artistique ». Un dernier point qui a de quoi mieux faire passer la pilule et accepter cette différence qui disons-le honnêtement et souvent synonyme de mépris dans le regard de l’autre. J’en ai souvent fait l’expérience et quand on dit de vous que vous êtes bizarre, à l’ouest… On apprend vite à se forger une jolie carapace. D’où l’intérêt de dépister très tôt ce trouble chez l’enfant ne serait-ce que pour lui faciliter sa scolarité. Bien que cet ouvrage s’adresse avant tout aux professionnels de la santé, il n’en demeure pas moins un excellent support pour mieux comprendre et définir le TDAH.

Repost 0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 23:56

 
Avec quelques jours de retard, je vous présente ma sélection du mois de décembre. Comme vous pouvez le voir, c'est le calme plat ce mois-ci. Le calme avant la tempête ? A n'en pas douter. Pour clôre en beauté cette année 2009, j'ai envie d'élargir mon horizon livresque en incluant dans ma bibliothèque un nouveau genre dont j'ignore tout : le comics.
 
Milady se lance dans les comics depuis cette année et curieuse que je suis, un titre m'a de suite interpellée : Frankenstein scénarisé par Dean Koontz, rien que ça ! Je vais donc avancer en terrain connu. Le graphisme, même s'il ne me transporte pas des masses, n'est pas aussi repoussant que je l'imaginais. Plutôt sympa d'ailleurs !
 
c'est le même dessinateur que pour l'adaptation en comics de la série Anita Blake de Hamilton (à paraître chez Milady).


10/18
Dans la pièce du fond W. C. Morrow  (Domaine étranger) 03/12
 
Le Livre de Poche
Le gardien du phare - Catherine Hermary-Vieille (Roman français) 02/12

Les 3 Souhaits
Fées dans la ville Collectif  (Recueil)

Milady
Riley Jenson (tome 1, Pleine lune) - Keri Arthur (Bit-lit) 04/12
Frankenstein (tome 1, Le fils prodigue) - Dean Koontz (Comics) 04/12

Soleil Productions
Les contes macabres d'Edgar Allan Poe Benjamin Lacombe (BD) 02/12


Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 20:51

 Editions Soleil - Tome 1, Pour une mine de diamants - Septembre 2009 - 48 pages

 
Présentation de l'éditeur : Sara a toujours vécu aux Indes, quand son père, le capitaine Crewe, l’emmène parfaire son éducation dans un pensionnat de jeunes filles à Londres. Les amitiés se révèlent avec Ermengarde et la petite Lottie, et les inimitiés avec cette peste de Lavinia et surtout la directrice pète-sec : Miss Minchin. 
 
Néanmoins, grâce à sa richesse et son talent dans tous les domaines Sara devient vite la star du pensionnat, d’autant que son père lui envoie des lettres surprenantes : il investirait dans des mines de diamants... Miss Minchin rivalise d’imagination pour flatter et gâter son élève, jusqu’au jour où deux avoués se présentent au pensionnat. Le capitaine Crewe est mort ruiné, laissant sa fille sans le sou.
 

Soleil production a lancé cet été une nouvelle collection, Blackberry dont Princesse Sara est le dernier titre paru. Ce premier opus qui devrait être suivi de 3 autres tomes est directement inspiré du roman de Frances Hodgson Burnett (La petite princesse - 1905). Un air de déjà-vu ? L’histoire a été adaptée en dessin animé dans les années 1980. Audrey Alwett, en fan avertie, revisitent l’émouvant destin de la petite Sara. A la différence du manga où l’héroïne se posait le plus souvent en tant que victime, l’adaptation BD reste fidèle au roman en faisant de ce personnage « une petite championne de la dignité et du savoir-vivre ». Gentille tout en frisant parfois l’insolence. Après tout, ne se considère-t-elle pas comme une princesse ?
 
Comme le fait remarquer le capitaine Crewe dans ce tome d'introduction, Sara a souvent des remarques de petite femme très mature et pourtant, dans le même temps, certaines de ces paroles peuvent paraître très enfantines voire puériles. C’est assez déroutant en fin de compte. Pour dépoussiérer cette histoire et lui apporter une dimension plus adulte, les auteurs ont ajouté à l’univers victorien déjà très prononcé, une touche steampunk particulièrement bien appropriée. Ce futur à vapeur se retrouve à différent niveaux : costumes, instruments, accessoires, transports…  Et pour un effet plus marqué, cette technologie avancée prend corps dans la fabrication d’automates intelligents au service des hommes, les live doll. Cette incursion rétrofuturiste, qui n’altère en rien l’intrigue, est une réussite totale.
 
Le dessin très actuel et tout aussi minutieux de Nora Moretti sert à merveille le récit et ne s’éloigne que très peu du dessin animé - quoique peut-être moins poupin dans les formes. Les couleurs de Claudia Boccato ne sont pas en reste puisqu’elles apportent un charme onirique et joliment coloré. Les nostalgiques de Princesse Sara retrouveront avec bonheur leur enfance perdue, quant aux nouvelles générations, elles découvriront une héroïne attachante qui continue de défier le temps. Une sympathique idée cadeau à l'approche des fêtes !

  

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 16:15

Envoûtée par ma lecture de Dracula, j’ai voulu prolonger ce moment avec la suite officielle. Pourtant préparée à ne pas retrouver le style épistolaire, ni l’écriture savoureusement victorienne, ni l’atmosphère du roman originel, je n’ai pû m’empêcher de voir mes cheveux se hérisser, ma mâchoire se décrocher, mes yeux sortir de leurs orbites tant j’ai été surprise du résultat. Pour un peu, je m’en serais étouffée ! Vous trouvez que j’exagère ? hommage ou trahison d’une œuvre…


Editions Michel Lafon - Octobre 2009 - 512 pages
 
Présentation de l’éditeur
 : En 1888, un groupe de six intrépides a réussi à détruire Dracula aux portes de son château de Transylvanie. Vingt-cinq ans plus tard, ils se sont dispersés mais le souvenir de cette périlleuse aventure où l’un d’eux a laissé sa vie les poursuit. Combat quasi mystique contre les forces du mal, vengeance d’amoureux endeuillés ou inextinguible jalousie : les raisons mêlées de leur acte continuent de perturber leur existence et la disparition du prince des ténèbres n’a pas apaisé leurs tourments. Une mort inexpliquée devant un théâtre parisien et un deuxième assassinat d’une effroyable cruauté au cœur de Londres vont réveiller la peur. Du Quartier latin à Piccadilly Circus, l’ombre de Dracula semble à nouveau planer… Les héros d’autrefois devront faire face à un ennemi insaisissable aux attaques sournoises ou d’une violence inouïe, mais aussi à leurs propres démons.
 

Si Dracula est de retour plus d’un siècle plus tard, c’est à l’instigation de l’arrière-petit-neveu de Bram Stoker, d’après les notes originales laissées par ce dernier. Assisté de l’auteur Ian Holt, Dacre Stoker a donc réveillé le plus populaire des vampires - avec le consentement du clan Stoker et ce, dans le but de se réapproprier l’œuvre de leur aïeul. Les amateurs d’adaptations ciné ne seront sans doute pas déçus tant les références sont nombreuses mais qu’en est-il du lecteur de l’œuvre première ? Comment dépoussiérer un livre culte ? les auteurs se sont attachés à rendre leur roman on ne peut plus contemporain. Exit le charme du style épistolaire, place à une écriture uniforme à la 3ème personne.
 
Autre subversion notable et non des moindres : l’évolution des protagonistes. Dracula, être charismatique mais dénué de charme devient dans ces pages une créature outrageusement humanisée et d’une sensualité débordante. La douce Mina sort les crocs, les griffes, les armes pour protéger son petit devenu grand et incontrôlable. Au diable, les codes de l'époque victorienne. L’unité du petit groupe d’origine pourtant si lié par les épreuves n’est plus et laisse place à de nouveaux venus tels Bram Stoker en personne ou encore Jack l’éventreur.
 
Alors bien sûr, cette suite se lit avec entrain tant le scénario est riche de rebondissements, de personnages haut en couleurs, de chapitres courts et endiablés, de multiples scènes d’action. Un louable travail de recherches historiques est aussi à saluer quant aux figures que sont Vlad III et Elizabeth Bàthory. Les fans du Dracula de Francis Ford Coppola retrouveront la force des amours passionnées de Mina et de son prince des ténèbres. Il est clair que les deux auteurs ont voulu toucher le plus large public possible au risque de dénaturer l’œuvre de Bram Stoker. La famille Stoker a peut-être réussi à reconquérir cette part d’héritage mais à quel prix ?


Impossible à noter. Mes impressions ne sont peut-être pas très objectives tant j'ai aimé Dracula de Bram Stokerdonc voici d'autres avis. Ceux assez semblables : Serafina, VladKerganMika, et ceux très enthousiastes de : EmmyneNanne, Deuskin, Chiffonnette. J'en profite pour vous inviter à lire l'interview du traducteur Jean-Noël Chatain, réalisée par dabYo : 1/2 et 2/2.

Repost 0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 19:43

Il y a quelques temps, deux sympathiques blogueuses, Pauline et Ellcrys m’ont décernée le prix de l’amitié. Rien que ça ! Merci les filles. Ça fait drôlement plaisir. Le principe du tag est de citer 7 choses que l’on aime puis de décerner à son tour le prix à 7 autres blogueurs. J’ai pris quelques libertés. Rien de bien méchant, vous verrez !

Et parceque mon blog traite exclusivement de lectures, je reste dans le thème en vous parlant de la lectrice que je suis. Je me suis bien creusée la tête pour le coup. Pas simple de sortir autre chose que des banalités.


1. J’aime lire les préfaces, annexes et autres notes accompagnant un livre pour une meilleure immersion.

2. J’aime à la folie le mouvement pictural préraphaélite pour ses inspirations littéraires et mythologiques. Ce qui ne se voit pas du tout mais alors pas du tout sur ce blog. Je résiste même à l'envie d'illustrer ce billet !

3. J’aime lire dans le silence car je sais qu’au moins je n’aurais pas à relire dix fois le même passage ni être distraite par le moindre bruit. J’envie beaucoup les lecteurs qui lisent dans les transports ou mieux à la table d’un café. Chose impensable pour moi et qui réduit considérablement mon temps lecture.

4. J’aime trop la blogosphère au point de ne plus peindre, de ne plus faire de vélo, d’écrire de moins en moins. Bientôt il faudra me pousser pour sortir ou pis, pour aller bosser. C’est grave, docteur ?

5. Je n’aime plus lire les postfaces avant lecture depuis que j’ai lu un effroyable spoïler dans Dracula, l’immortel. Je ne m’en suis pas remise. Bref, vous ne m’y reprendrez plus. Promis, juré, craché !!!

6. J’aimerais gagner le gros lot au loto pour pouvoir : tenir ma librairie, aménager une pièce chez moi qui répondra au doux nom de « bibliothèque », avoir une PAL aussi haute qu’un building, prendre le temps pour écrire mon livre. Mais faut-il encore que je joue au loto…

7. J’aime pas m’endormir le nez dans un livre alors que ma lecture me captive au plus haut point. Chose que j’expérimente régulièrement depuis que je travaille de nuit. Y a rien de plus énervant que de lutter contre le sommeil.


Je décerne le prix de l’amitié à 7 blogueuses qui ont lu Dracula (amitié, Dracula... si si il y a un point commun, je vous assure) : Karine, Alwenn, Isil, Chiffonnette, Karineetseslivres, Melisende et Nana.

 

J’ai encore 2 tags à honorer planqués dans mes tiroirs. Je n’oublie pas !

Repost 0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 11:47

Chers lecteurs, vous allez croire que je fais une fixette sur les vampires et vous aurez probablement raison en parcourant ce billet qui en regorge. Le fautif à qui je dois cette mordante addiction est La solitude du buveur de sang que j’ai lu dans mes années collège. Puis ce fut le début de l'engrenage avec le fascinant Entretien avec un vampire. «Ce courant existe depuis plus d'un siècle, mais il ciblait jusqu'à maintenant un public populaire d'adultes fans d'épouvante et de fantastique, explique Jean Marigny, professeur d'université à Grenoble. C'est grâce à Anne Rice et son entreprise d'humanisation du personnage, dans Entretien avec un vampire, qu'il est devenu accessible à tout le monde.» Source le Figaro.
 
Et les années passant, je ne suis toujours pas repue. Bah quoi ! Cette liste comporte mes lectures passées, présentes et futures classées par ordre de parution. Ce fil est destiné à parler du vampire dans la littérature et à l’enrichir par vos propres propositions lectures. Vos liens vers vos billets sont les bienvenus tout comme vos conseils, coups de cœur, coups de gueule, news ou pas ! A vous l'honneur...


* Lu - Chronique un jour peut-être...

- Le vampire - John William Polidori (1819) Dans le Traité de vampirologie *
- La morte amoureuse - Théophile Gautier (1836) Dans le recueil Récits fantastiques *
- Ligéia - Edgar Allan Poe (1838) Dans le recueil Histoire extraordinaires *
- La Dame pâle - Alexandre Dumas (1849)
- Les métamorphoses du vampire
- Charles Beaudelaire (1857) *
- La vampire - Paul Féval (1866)
- Carmilla - Joseph Sheridan Le Fanu (1871)  

- Le Horla - Guy de Maupassant (1885) *
- Dracula - Bram Stoker (1897)
- L'invité de Dracula - Bram Stoker (1897) Dans l'anthologie Les cent ans de Dracula

- La maison maudite - Howard Phillips Lovecraft (1928)
- Je suis une légende - Richard Matheson (1954)
Entretien avec un vampire - Anne Rice  (1976) * et sa suite
- La compagnie des loups - Angela Carter (1979) 
- Ames perdues - Poppy Z. Brite (1992) 
- Rouge flamenco - Jeanne Faivre d'Arcier
*

- Les aventures d'Anita Blake - Laurell K. Hamilton (1993)
- La solitude du buveur de sang - Annette Klaus Curtis (1994) 
- La déesse écarlate - Jeanne Faivre d'Arcier *
- Le prince noir - Keith Herber (1998) *

- Le domaine Blackwood - Anne Rice (2002)
- Les cent ans de Dracula - Barbara Sadoul (2003) Anthologie 
- La solitude du vampire - Barbara Sadoul (2003) Anthologie 
- L'encyclopédie du merveilleux - Edouard Brasey (2006) 
- L'historienne et Drakula - Elizabeth Kostova (2005) 
- Favole - Victoria Frances (2004) *
- Le vampire de Ropraz - Jacques Chessex (2007)
- Vampires - Estelle Valls de Gomis (2008) Anthologie
- Traité de vampirologie - Edouard Brasey (2009) 

- L'étrange vie de Nobody Owens - Neil Gaiman (2009)
- La lignée - Guillermo Del Toro (2009)
- Dracula, l'immortel - Dacre Stocker (2009)
- De notre sang - Adeline Debreuve-Theresette (2009)
- Le manoir des immortels -
Ambre Dubois (2009)

- Apocalypse - Loïc Malnati (2008)
- D, Lord Faureston - Alain Ayroles (2009)
- Elizabeth Bàthory - Pascal Croci (2009)
- Dracula - Pascal Croci (2009) l'intégral  Ajout


Bibliographie en perpétuelle évolution - Mises à jour du 11 janvier 2009.

Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 14:45
 

Vampire par excellence et assurément le plus populaire - grâce au cinéma notamment -, Dracula n’est pourtant pas la première figure vampirique de la littérature. Surfant sur la vague du roman gothique alors en plein essor en Angleterre, Bram Stoker créa une créature à la fois cruelle et raffinée à l’instar de ses prédécesseurs Lord Ruhtven (Le vampire) de John polidori et Carmilla de Sheridan Le Fanu.



Le livre de poche - Fantastique - Septembre 2009 - 604 pages
 
Présentation de l'éditeur
: Jonathan Harker, jeune notaire, est envoyé en Transylvanie pour rencontrer un client, le comte Dracula, nouveau propriétaire d’un domaine à Londres. à son arrivée, il découvre un pays mystérieux et menaçant, dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante. Très vite, il se rend à la terrifiante évidence : il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres...
 
Grand classique de la littérature de vampires, best-seller de tous les temps après la Bible, Dracula est une source d’inspiration inépuisable.
 


 

Publié en 1897, ce roman se déroule au XIXème siècle entre l’Angleterre et la Transylvanie. Fruit d’une abondante documentation, Dracula met en lumière un folklore venu du fond des âges. La première partie en est le meilleur exemple. Intitulée L’invité de Dracula, elle relate l’arrivée mouvementée du jeune clerc Jonathan Harker au château du comte, niché au cœur des Carpates. Les chapitres qui suivent éveillent peu à peu les doutes sur la nature du maître des lieux par des faits troublants. Les descriptions des paysages comme du château renforcent l’impression de malaise et l’angoisse va crescendo.  L’atmosphère n’en est que plus étouffante et lugubre. Remarquable ! Et pour donner une accroche réaliste à son intrigue, Bram Stoker a nommé sa créature Dracula, signifiant « fils du Dragon » et porté par un célèbre prince valaque du XVème siècle, Vlad III. Là s’arrête l’inspiration de l’auteur.

 

 Sa fertile imagination fera le reste. Il le décrira comme un être damné, une créature de la nuit complexe qui, bien qu’impitoyable garde des manières d’aristocrates. Ses pouvoirs, empruntés aux légendes ou tout simplement inventés, sont nombreux : hypnose, métamorphose, nécromancie, télépathie… C’est sous une forme de roman épistolaire que le lecteur découvre Dracula. Journaux intimes, articles de presse et lettres des différents protagonistes - ceux-là même qui luttent contre le comte - composent le récit. Un procédé qui peut surprendre au premier abord mais qui se révèle très efficace même si le point de vue de Dracula n’est jamais exposé. Bien que Bram Stoker suggère plus qu’il ne détaille, les quelques scènes de terreur sont bien rendues à l’instar de celle de l’approche du bateau qui mène Dracula en Angleterre. Quelques longueurs et une dénouement un peu trop rapide n’entament en rien la magie de ce roman devenu culte après la mort de son auteur. La suite officielle sera-t-elle à la hauteur des attentes ?


Repost 0

Ma Lecture du moment . . .


"Le Trône de Fer"
George R.R. Martin

 

DarkFantasy
J'ai lu - Intégrale II

Avis à la population...


        
  Wikio - Top des blogs - Litterature    

Mes Notes de lecture...

  Coup de coeur 

 
Chef d'oeuvre
 Excellent
 Bon (mais...)
 Passable
 A éviter

Mes Coups de coeur 2009

Les Chants de la Walkyrie 


Orgueil et préjugés : Edition spéciale
 
Les âmes brûlées