Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog Littéraire

  • : Au fil de mes lectures
  • Au fil de mes lectures
  • : Mes notes de lecture...Vous y trouverez des genres divers, le fantastique, le polars, le roman historique, la fantasy, la littérature française et étrangère...
  • Contact

" La liseuse " de Fragonard

La-liseuse-copie-2.jpg

Entrez Votre Recherche

Mes Fées et Gestes

 






 

 

Les Archives

...

Avertissement au lecteur qui se risque en ces lieux !
Bienvenue sur mon blog entièrement dédié à l'une de mes passions, les livres. C’est une façon pour moi de garder une trace de mes lectures mais aussi de les partager avec d’autres passionnés et d’échanger des impressions et avis que je souhaite constructifs. 
Bien sûr, mes avis sont personnels et n'engagent que moi.
Bonne balade chez Laetitia la liseuse.

14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 06:45

Feerie Art - Peindre le Monde des FeesEditions Fleurus - Peindre le monde des fées - Octobre 2008 - 127 p.
 

Présentation de l'éditeur À quoi ressemblent les fées, comment s’habillent-elles, les lieux où elles se cachent, leurs occupations favorites… Avec un pinceau pour baguette magique, Amandine Labarre plonge le lecteur dans un univers merveilleux et lui enseigne pas à pas l’art de peindre un monde féerique.

Une introduction extrêmement complète aborde l’art du dessin et de la peinture (proportions, composition, techniques picturales) mais aussi tous les détails qui permettent de transformer un simple personnage en créature féerique. 20 fées tout droit sorties de légendes sont dessinées étape par étape, de la première esquisse jusqu'au dernier coup de pinceau. De très belles images complètent l’ouvrage, pour faire rêver et inspirer tous les artistes enquête de merveilleux.
 
Envie d'une petite virée en territoire féerique ? Alors laissez-vous guider par la main talentueuse de l'artiste-peintre Amandine Labarre, auteure de nombreux ouvrages dédiés au merveilleux. Elle vous révèlera au fil des chapitres le secret des fées (pour être aussi belles) ainsi que de nombreuses astuces féeriques pour explorer à coup de crayon ou de pinceau, leur univers enchanteur. Après une trentaine de pages destinées à la création de scènes graphiques puis aux matériel et techniques, l'illustratrice amène son lecteur à la rencontre d'une multitude de fées.
 
Qui n'a jamais rêvé d'être accueilli à la lisière d'une forêt par une dryade ou un elfe sylvain ? Quant aux fées des prairies, elles sont aussi délicates que les fleurs sur lesquelles elles se cachent. Et si vous n'êtes toujours pas inspiré, la dernière partie consacrée aux fées des légendes saura venir à bout de la  feuille blanche tant redoutée. Chaque fée est dessinée puis peinte, étape par étape : de l'ébauche jusqu'à la touche finale qu'est la mise en couleurs. Les explications ne manquent pas. Elles sont claires et bien agencées afin de suivre avec facilité la progression des illustrations. Féerie art, peindre le monde des fées est un bien bel ouvrage à la présentation sans faille et qui saura séduire, sans nul doute, les illustrateurs en herbe comme les confirmés.
  
Dans les prochains billets, je vous présenterai le résultat de mon exploration féerique !

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 16:47

Souvenirs d'un Elficologue Tome 1Editions Soleil Celtic - Tome I, L'herbe aux feys - Mars 2009 - 46 p.
 
Présentation de l'éditeur
:  "L’Elficologie ? encore une pseudo science pour intellectuel de salon, me direz-vous ! Et bien, non. L’elficologie est l’art d’appréhender la magie que Dame Nature nous prodigue et que l’Humanité, aveuglée par le scientisme et la consommation de masse, a oublié dans les méandres de l’Histoire.
 
Si vous ne voulez pas rester dans l’ignorance de ce monde féerique qui vous tend les bras, venez suivre Paul Laforêt à travers ce thriller elfique et découvrez le Mont Saint-Michel comme vous ne l’avez jamais vu !"
 

XIXème siècle. Le journaliste Albin d’Aigrefin-Tonnerre et le photographe Paul Laforêt quittent Paris pour se rendre en Normandie, sur le Mont Saint-Michel. Envoyés par leur rédacteur en chef pour effectuer le premier reportage photographique de l’Histoire, ils se retrouvent vite confrontés à d’étranges phénomènes. Des morts mystérieuses se multiplient, des êtres féeriques apparaissent sur les clichés argentiques de Paul. Le jeune homme, pourtant cartésien, va être amené à revoir ses croyances en se lançant sur les traces de Faërie.
 
Souvenirs d’un elficologue est le premier album d’une série qui fleure bon le merveilleux. Le terme "elficologue" a été crée par le conteur et romancier Pierre Dubois afin de qualifier celui qui étudie le Petit Peuple (elfe, fées et autres créatures du folklore). C’est donc à une ambiance fabuleuse sur fond d’hisoire que nous convie le scénariste Thierry Gloris. La mise en place est certes longue mais elle pose avec soin un univers bien défini et des personnages bien campés dans une intrigue pleine de promesses. Le folklore breton est une inépuisable source d’inspiration et c’est au cœur de ses légendes qu’évolue Paul Laforêt, héro ambitieux et féru de photographie.
 
Même si le dessin reste d’une facture assez classique, Jean-Paul Bordier offre à son lectorat une très belle balade dans la baie du Mont Saint-Michel. L’îlot rocheux s’impose majestueusement lors des excursions solitaires du photographe et ses ruelles pittoresques se dévoilent tout autant à son retour. En conclusion, L’Herbe au feys est un premier tome fort encourageant !
 
undefined

Repost 0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 08:20

Partie pour vous faire découvrir deux superbes jeux-concours, j'ai déniché sur la toile d'autres petites joies pour tout lecteur. D'abord revenons au but de mon article : Les jeux-concours. Et je peux vous dire sans crainte d'y participer car j'ai lu le 1er tome de chacun et c'est du tout bon si vous aimez la fantasy !

Plume Libre organise en partenariat avec les éditions Pocket et Fleuve noir un concours pour remporter 5 lots de 2 romans de fantasy à gagner :

Le tome 1 des "Chroniques des elfes - Lliane" et le tome 2 "L'elfes des Terres Noires". Vous avez jusqu'au 15 mai 2009 pour jouer. Pour vous tenter, voici ma chronique de Lliane.


Fantasy.fr et les éditions Belfond vous proposent de gagner 5 exemplaires du tome 2 Le sommeil du dragon de la tétralogie d'Edouard Brasey, La malédiction de l'anneau. Une sortie très attendue pour ma part !

Si vous aimez comme moi la mythologie, cette saga revisite avec panache la destinée des Dieux de l'Asgard. Pour vous donner l'eau à la bouche, voici ma chronique des Chants de la Walkyrie.

Je vous invite à cliquer sur les éditions Belfond pour trouver quelques réponses. Vous avez vu comme je pense à vous ? ^^ Dernier délai le 13 mai 2009. Ne tardez pas !



Après une longue pause swappesque, je reprends du service. Par Zeus, ma résistance au swap s'arrête là. Le thème de la mythologie est bien trop tentant.

La divine Triade qui l'organise est Praline, Ikastor et Arsène.


Toujours aussi attendu, l'opération Masse Critique organisée par Babelio, la bibliothèque en ligne revient avec toujours plus de livres à adopter.

Le lancement est prévu pour le lundi 11 mai. Un rendez-vous à surtout ne pas manquer.

Repost 0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 18:56

CuriositéEditions Stock - Collection Bleu - Février 2009 - 180 pages
 
Présentation de l'éditeur
: Sur un paysage de neige indéfini se détache la forme sombre, presque abstraite, du manoir d’Überwintern. Manoir labyrinthique dans lequel la voix d’Ariane, l’intendante du comte de Furbach, nous conduit au plus près de ce qui ne se dit pas. Entre les fastes d’une soirée grandiose donnée par un maître inquiétant et les souvenirs d’une vie silencieuse marquée par la violence conjugale se dessine ainsi le portrait d’une femme singulière. Et tout au long de la nuit, Ariane n’aura de cesse de vouloir interrompre les agissements de celui dont elle pense connaître, mieux que quiconque, les secrètes motivations. 
Mais le comte, dont les nombreux mariages et les épouses successivement disparues alimentent les rumeurs et la fascination, ne choisira pas celle que l’on croit. L’élue cèdera-t-elle à la curiosité en ouvrant cette porte condamnée dont on lui a interdit l’accès ou parviendra-t-elle à briser le cycle de la violence au profit de la confiance et du respect ? 
 
Dans ce court roman, Anne Terral revisite la célèbre figure de Barbe-Bleue. Curiosité se distingue par son époque résolument contemporaine et pourtant, le lieu où se déroule l'intrigue est comme qui dirait tout droit sorti d'un conte. Une demeure perdue dans des paysages glacés dont on ne sait si la féerie ou le chauchemar est maître en ces lieux. Le manoir d'Überwintern et ses corridors interminables, ses miroirs hauts de plus de six mètres, ses centaines de pièces - dont une en particulier abrite un lourd secret qui pourrait, à bien des égards, expliquer d'étranges disparitions féminines... Mais c'est surtout le maître des lieux qui retient l'attention. Le comte de Furbach. Plutôt grand et maigre, la barbe brune et bien taillée, il se tenait aussi droit qu'un fer de lance. Une tache de naissance de couleur pourpre aux bords dentelés, ornait sa pommette gauche, décoration honorifique.
 
Chaque année, le comte - d'ordinaire solitaire et secret - organise une somptueuse réception. Alors que la soirée bat son plein et que le maître des lieux, tel un chasseur, scrute attentivement les invitées, l'intendante Ariane raconte au lecteur ses six années passées au service du comte.   Et ce prénom si symbolique ne peut qu'évoquer au lecteur le mythe du fil d'Ariane et du labyrinthe construit par Dédale. Les descriptions du manoir et de ses habitants sont fascinantes. Il s'en dégage une atmosphère troublante et unique. Hélas, l'écriture est déstabilisante et peut rebuter un certain lectorat - ce qui fut mon cas. De plus, il aurait été tout autant intéressant d'approfondir le mythe de Barbe-Bleue, d'aller plus en profondeur. (Je pense que je m'étais fait une autre idée du roman avant de l'ouvrir d'où ma déception.)
Et parce que j'aimerais connaître d'autres avis, je le libère pour en faire un livre-voyageur. Je l’enverrai à la première personne qui se manifestera et cette dernière l'expédiera à son tour vers d’autres cieux et ainsi de suite jusqu’à son retour. Si vous êtes intéressé, manifestez-vous dans les commentaires. Je veillerai à mettre la liste des lecteurs à jour. Quelques règles à suivre : 1. Les intéressés doivent avoir un blog littéraire ou avoir déjà commenté sur le blog. 2. Vous vous engagez à le lire dans des délais raisonnables, à donner votre avis à la suite du billet ou sur votre blog. 3. Vous l'envoyez à la personne suivante. Je vous ferai connaître ses coordonnées par mail.
Les participants : Denis, Stephie, Jumy, Matilda...Vous peut-être ?

Repost 0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 04:47

Même si aujourd’hui, je n’ai plus le temps de bloguer en semaine, je ne pouvais tout de même pas passer à côté des 2 ans du blog sans les fêter avec vous, chers lecteurs. Et hop, une petite programmation pour le 05 mai et j’aurais le plaisir à mon retour de lire vos messages. Au fil de mes lectures poursuit son petit bonhomme de chemin et a reçu depuis ses débuts, 76.494 visiteurs. Depuis peu, je découvre avec plaisir la provenance de mes lecteurs grâce au compteur Géovisite. Alors, d’où que vous soyez, je vous dis merci/thanks/danke/grazie/gracias/chokrane/xièxie… pour votre présence et vos échanges passionnés dans les commentaires. Ces derniers sont d'ailleurs toujours très appréciés.
 
Une année de folie livresque : De belles rencontres littéraires grâce aux salons du livre avec des auteurs très accueillants mais aussi des lecteurs (Kalistina et Magali). Deux appétissants colis avec le Victorian Christmas Swap et le Swap Eternel Féminin. Le seul et unique challenge auquel je participe cette année, Le Blog-O-Trésors. Deux livres-voyageurs (l’un est déjà rentré au bercaille, l’autre s’apprête à s’envoler dès le prochain billet). Une PAL qui a passé la barre fatidique des 100 livres grâce à mes bons soins et à de généreuses personnes. Plus de 300 billets parus à ce jour ! 

 
Point de bougies trônant sur un gâteau à vous présenter mais pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend dans les prochaines semaines, voici ma PAL du moment en exclusivité. Au menu : Un soupçon de SF, beaucoup de fantasy, de fantastique, de polars, des classiques, et toujours des BD à découvrir. Et j'espère bien vous retrouver l'année prochaine !
 

Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 07:57

Un dicton dit : au mois de mai, fait ce qu'il te plaît ! Serait-ce une bonne chose pour un LCA de prendre cette phrase au pied de la lettre ? Pour faire bonne figure, j'ai pensé à nos, ô combien, pauvres banquiers (en ces temps de tourmente) en commençant par une sélection de poches.
 
Vous n'êtes point obligés de poursuivre mais vous risquez de passez à côté de parutions très attendues comme La promesse des ténèbres de Maxime Chattam. Si vous avez lu La trilogie du mal, vous vous êtes sûrement posé la question de savoir ce qu'était devenu le mari d'Annabel O'Donnel. Souvenez-vous, le journaliste disparu. L'auteur nous en raconte un peu plus dans ce livre.
 
J'ai loupé une énorme sortie que j'ai appris grâce à l'émission sur France 5, La Grande Librairie. Christian Bourgois a publié en avril le nouveau roman de Toni Morrison, Un don qui se déroule deux siècles avant Beloved. Retrouvez l'auteur en interview à la 29'30 pour être précise. Je ne sais pas vous, mais moi j'adore le mois de mai ^_^

 

Le livre de poche  
L’alerte Ambler - Robert Ludlum (Thriller)  06/05

De pierres et de cendres - Linda Newbery (Roman étranger)
 

Librio 
15 enquêtes élémentaires - Arthur Conan Doyle (Policier)  20/05  LIEN.gif
 

Points 
La fin des mystères - Scarlett Thomas (Roman étranger)  28/05


Pocket  
Les enfants de Hurin - J.R.R. Tolkien (Fantasy)  20/05  LIEN.gif

Prédateurs - Maxime Chattam (Thriller)  14/05
 

Albin Michel
La promesses des ténèbres - Maxime Chattam (Thriller)  06/05

 

Belfond  
La malédiction de l’anneau II - Edouard Brasey (Fantasy) 07/05
 

Le Serpent à Plumes
Darling Jim - Christian Mork (Roman étranger) 15/05
 

Daniel Maghen 
Apocalypse II - Loïc Manalti (BD) 
 
  

Delcourt  (BD)
Ashrel - Valp  20/05 

Blanche - Thierry Chavant  06/05
 
Soleil
 
Antichristus - Aleksic (BD)

Repost 0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 07:24

Le Gardien du Feu Tome 1 : GoulvenCollection Soleil Celtic - Tome I, Goulven - Février 2009 - 46 pages
 

En 1876, au large de la Pointe du Raz, le phare de Gorlébella balaie de son feu l'horizon. A l'intérieur, son gardien Goulven Denès, ancien marin, écrit à son ingénieur les circonstances qui l'ont poussé à se retrouver aujourd'hui une arme à portée de main. Quelques étages au-dessous, des hurlements retentissent à travers une porte fermée à clé. Tout avait pourtant bien commencé. Lui, l'austère Léonard, avait conquis le cœur de la belle et pétillante Adèle Lazenec puis s'était vu offrir une évolution de carrière plus qu'inespérée au sein de la société des Phares Bretons. Comment s'est-il retrouvé dans cet enfer ? Pourquoi diable les choses ont-elles pris cette tournure ? C'est ce que va tenter d'éclaircir Goulven en faisant appel à ses souvenirs.
 
Après Le sang de la sirène, François Debois et Sandro s'associent de nouveau dans ce diptyque pour adapter un roman de l'écrivain breton Anatole Le Braz. Même si le suspense s’effiloche au fil des pages - le lecteur devine très tôt ce qui se trame sur le rocher de Gorlébella -, l’intrigue ne perd rien de son rythme grâce à la construction du récit alternant confession et souvenirs. Confession d’une tragédie pleine de fureur à l’image des déferlantes s’abattant avec rage sur le phare de la Vieille, et souvenirs d’une vie à deux, pleine de promesses malgré son cortège de disputes. Du Paradis à l’Enfer, il n’y a qu’un pas ! Goulven va l’apprendre à ses dépens. Au cœur de ses pensées les plus noires, la créature et son maître, prisonniers de la roche. Jamais nommés explicitement, le mystère qui les entoure laisse planer le doute. Affaire de possession ou simple histoire de vengeance ? Le voile se lève peu à peu. De plus, l’atmosphère sombre et angoissante reste présente jusqu’à la toute dernière page.
 
Le nombre de personnages présents dans cette histoire étant faible, la psychologie de chaque protagoniste est remarquablement travaillée. Les origines de chacun sont à maintes reprises mises en avant. De ce fait, cet album tend par bien des côtés vers la chronique sociale. En effet, fils de paysans du Léon, Goulven est décrit comme austère et puritain alors que son épouse, Adèle, est une trégorroise vive et insouciante. Ce contraste social va peu à peu changer les choses pour le meilleur mais surtout pour le pire.
 
Force est de constater qu’entre scénario et graphisme s’établit une belle harmonie. Les illustrations du phare sur son rocher en pleine tempête au large du Cap Sizun sont spectaculaires et apportent une ambiance des plus menaçantes, en parfaite osmose avec les évènements tragiques qui s’y déroulent. A terre, les décors bretons tels la baie des Trépassées, valent eux aussi le coup d’œil. Le coloriste Joël Mouclier alterne judicieusement les coloris en fonction du climat ténébreux ou heureux.
 
En conclusion, ce premier volet de l’adaptation du roman Le gardien du feu - paru pour la première fois en 1900 - est un très bon huis-clos psychologique en pleine mer d’Iroise qui met en appétit en attendant son dénouement final.


                                
Repost 0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 08:52

Suite au précédent billet d'une précédente lecture, je me jette à l'eau en vous présentant une peinture à l'aquarelle de mon cru. J'ai pris pour modèle un canevas. Heureusement pour vous, le papier gondolé ne se voit pas en photo. C'est pas joli, joli. En observant ce bateau, je me suis fait la réflexion suivante. Combien de navires ont approché sans le savoir cette île de Sable, battue par les tempêtes, où s'est déroulé des années durant un drame méconnu, au coeur de l'océan indien ? L'espoir pour les naufragés en voyant ses voiles au loin et puis le désespoir en les voyant disparaître. ça fait frémir quand on y pense !

Repost 0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 13:15

Les naufragés de l'île TromelinEditeur Michel Lafon - Roman historique - Février 2009 - 320 pages
 
Présentation de l'éditeur : En 1761, un navire français s’échoue sur un îlot perdu de l’océan Indien. Il transporte cent soixante esclaves. Pour survivre, rescapés blancs et noirs doivent cohabiter. Un officier veut construire une chaloupe. Les marins refusent de l’aider. Les esclaves acceptent. Leur dignité force le respect des Blancs. Mais au moment du départ, on ne les embarque pas. Quinze ans plus tard, quand le bruit de ce forfait a couru tous les ports, on revient les chercher. Il ne reste que sept femmes et un enfant. À partir des archives maritimes, des fouilles archéologiques et d’un séjour sur l’île, Irène Frain raconte ce chapitre méconnu des droits de l’Homme, qui a conduit les consciences à l’abolition de l’esclavage.
 
Quelques lignes : "L'île est le sommet émergé d'un vieux volcan sous-marin. Il s'est éteint il y a des millénaires. La lave a bouché l'orifice de sa cheminée. Comme il se trouvait à fleur d'eau, les coraux l'ont vite colonisé. Sous les vagues, les pentes du volcan sont très raides. À deux encablures de l'île, l'abîme commence. Et les grandes houles, les courants sans fin. Il faut vraiment jouer de malchance pour se retrouver sur ce bloc de corail cerné par les déferlantes. Ou n'avoir peur de rien.""

Impensable et pourtant, ce récit que nous livre l’écrivain Irène Frain est issu d’un formidable travail de recherches dans les archives françaises puis sur le terrain, à la rencontre de celle qui accueillit les naufragés de l’Utile quinze années durant : l’île de Sable. Comme le dit l’auteur elle-même : "C’est un roman vrai. Un docu-fiction. J’ai une analyse de romancière, pas d’archéologue. Je tenais à rester au plus près des archives." (Source : Le Télégramme). Les naufragés de l’île Tromelin relate le naufrage du navire de commerce français L’Utile sur les récifs de l’îlot, long d’environ 1 700 m. C’était un été de l'année 1761. Ce qui se passa par la suite apporte un éclairage saisissant sur les mentalités françaises alors en vigueur.
 
Malgré la promesse qui fut faite par le premier lieutenant Castellan de revenir chercher les esclaves malgaches, il faudra attendre plus d’une décennie - le temps faisant son œuvre - avant qu’une corvette La Dauphine récupère enfin les huit rescapés. Un drame qui contribua certainement à l’abolition de l’esclavage le 4 février 1794.
 
Point de romanesque dans ces pages, juste une vérité criante, une injustice qui imprègne un peu plus chaque chapitre jusqu’au dénouement final. Difficile de ce fait, d’entrer de plein pied dans cette histoire mais passé le cap de la centaine de page, le destin de ces hommes et de ces femmes ne laisse plus indifférent. Pour clôre ce fait historique, Max Guérout propose une postface instructive sur la mission archéologique de Tromelin.


Un grand merci aux éditions Michel Lafon et à Suzanne de Chez les filles pour cette découverte historique qui restera dans les mémoires ! dans la mienne en tout cas grâce au travail d'Irène Frain et de Max Guérout.
undefined

Repost 0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 12:08

Avec l'album présenté ci-dessous, j'ouvre un nouveau rayon dans mon index des chroniques BD par genre, Les adaptations d'oeuvre littéraire. Viendra ensuite Le gardien du feu, une très belle adaptation du roman de l'auteur breton Anatole Le Braz. Pour éviter un billet trop long, je n'ai pas ajouté d'illustrations mais vous pouvez cliquer sur la couverture pour découvrir quelques planches.

Veillée funèbre
Editions Delcourt - Collection Terres de légendes - Février 2009
 
A Kiev, la ville aux cent clochers, le jeune étudiant philosophe Thomas Brutus est convoqué dans le bureau du recteur du Séminaire. Ce dernier lui explique qu’un riche seigneur d’Ukraine le réclame impérativement pour veiller sa fille mourante. Une kibitka tirée par des chevaux et suivie d’une bonne escorte l’attendent de pied ferme. C’est donc bien malgré lui que le jeune homme est conduit au chevet de l’agonisante qui décède, hélas, peu avant son arrivée. Alors qu’on lui enjoint de prier trois nuits durant pour l’âme de la défunte, Thomas reconnaît avec horreur la jeune fille. De terribles souvenirs lui reviennent tandis qu’installé dans la chapelle à son chevet, il s’apprête à combattre le Mal.
 
Veillée funèbre est l’adaptation de Vij, la nouvelle fantastique de Nicolas Gogol publiée en 1835 et traduite en français dans le recueil Nouvelles russes par Nicolas Gogol sous le titre Le Roi des gnomes. Publié dans la collection Terres de légendes de Delcourt, c’est un conte fortement inspiré par le folklore ukrainien où le surnaturel est ancré depuis longtemps dans la culture populaire.
 
Martine Muller offre à son lectorat un voyage dépaysant dans de lointaines contrées sur les traces de Thomas Brutus. Ce personnage est au centre de l’intrigue et bien que n’ayant que peu le profil d'un héros, tous les regards sont tournés vers lui. En effet, la mission que lui confie le seigneur des lieux est délicate mais primordiale. "Ne permets à personne de me lire les prières, papa, mais envoie au séminaire à Kiev, et fais amener le boursier Thomas Brutus, qu’il prie trois nuits pour mon âme pécheresse, il sait". Bien qu’intéressants, les protagonistes auraient gagné à être plus développés. Hormis les quelques souvenirs évoqués par le jeune Brutus lors de sa rencontre avec la sorcière, peu de choses sont connues de sa vie mais peut-être est-ce dû tout simplement à la brièveté de l’histoire originelle. Il est vrai que tout arrive trop vite et cette impression se confirme par la chute qui n’en reste pas moins marquante.
 
Le dessin de Jérôme Lereculey sert toujours aussi bien les plus belles légendes à l’instar de la série Arthur, une épopée celtique qui avait séduit le temps de 9 tomes. Dans Veillée funèbre, il réussit à créer une atmosphère lugubre, une attente angoissante pour le pauvre héros dépassé par les évènements et de beaux décors célébrant le folklore slave oriental. Des vastes plaines enneigées aux forêts les plus hostiles, des habitants pétris de vieilles croyances aux créatures infernales, tout est fait pour plonger le lecteur dans les plus grands récits fantastiques d’Europe de l’est. La mise en couleurs de Lorenzo Pieri y contribue d’autant plus.
 
Veillée funèbre se conclut par un carnet de croquis de huit pages qui montre l’excellent travail de recherche des auteurs en vue de demeurer fidèle à l’esprit de la nouvelle initiale malgré un scénario un peu trop léger.

Repost 0

Ma Lecture du moment . . .


"Le Trône de Fer"
George R.R. Martin

 

DarkFantasy
J'ai lu - Intégrale II

Avis à la population...


        
  Wikio - Top des blogs - Litterature    

Mes Notes de lecture...

  Coup de coeur 

 
Chef d'oeuvre
 Excellent
 Bon (mais...)
 Passable
 A éviter

Mes Coups de coeur 2009

Les Chants de la Walkyrie 


Orgueil et préjugés : Edition spéciale
 
Les âmes brûlées